retour dans l’histoire.

Une autre journée à Saint Omer, mais pour une visite hors normes, celle de la Coupole.

Christiane055a

C’est un formidable voyage au cœur de l’histoire et des sciences. On découvre grâce aux moyens techniques les plus modernes et à des reconstitutions fidèles : la vie quotidienne sous l’Occupation dans le Nord de la France, les armes secrètes de Hitler et les prémisses de la conquête spatiale.

Christiane057b

Site unique , impressionnant témoignage du passé, la Coupole a ouvert ses portes en mai 1977. Construite à partir de 1943, la Coupole devait servir de base de lancement à cette arme nouvelle  ; le V2. Dans ce gigantesque bunker, les ingénieurs nazis ont mis au point l’arme révolutionnaire, ce V2. C’est la première fusée stratosphérique de l’histoire.

Christiane057a

La Coupole gigantesque complexe souterrain a été conçue pour propulser le plus sophistiqué et le plus mystérieux engin de le Seconde Guerre Mondiale. Soixante mille hommes y ont travaillé, vingt mille n’en sont pas revenus. Au camp de Dora, près de Buchenwal, les déportés construisaient les fusées V2 qui devaient pulvériser l’Angleterre. La Coupole présente une remarquable exposition de clichés d’époque, remis en perspective grâce à des dessins réalisés par des déportés et des documents d’archives des services secrets alliés.

Après ces émotions le repas fut pris au château de la Motte. Il semblerait que les déjeuners ne soient pas que des moments de restauration. Je note qu’ils sont toujours pris dans des endroits de belle allure. Comme quoi on peur associer la culture et la cuisine.

Christiane058a

Puis le groupe a pris la direction de d’Aire sur la Lys.

Christiane058

Aucune photo ne sera prise lors de cette journée. Oubli de l’appareil  ? Les dépliants fournis lors des visites ont eu leur utilité.

Aux confins des collines d’Artois et de la plaine des Flandres, Aire-sur-la-Lys est une ville d’histoire et de tradition. Elle dresse ses monuments historiques  comme un témoignage d’un riche passé. La Lys et ses nombreuses autres rivières traversent la cité de Lydéric et de Chrymilde. Le centre ville est entouré de bosquets et garde une structure moyenâgeuse, même si les remparts ont été détruits. Ici on fabrique une andouille renommée qui donne l’occasion d’une fête festive. C’est dans son histoire un bourg important  dans le Comté de Flandres. La ville sera française sous Louis XIV lors du traité d’Utrecht de 1713. Elle connait alors une grande prospérité : Vauban passe par là et construit remparts et caserne, de nombreuses maisons témoignent  encore de cette époque. Les deux guerres mondiales ont causés de grands dégâts à la ville. comme en 1944 ou l’abside de la collégiale ne résiste pas  à un bombardement.

anigif7

Les monuments qui sont encore visibles aujourd’hui sont : Le bailliage situé sur la Grand-Place. Cet élégant édifice de style renaissance flamande a été construit vers  1600 pour servir de corps de garde. Couronnant l’édifice, une haute frise profondément sculptée ; on y reconnait les 4 éléments, les vertus théologales et cardinales. Fièrement campé aux quatre angles de l’attique, des lions assis tiennent  entre leurs griffes l’écusson de Bourgogne. Il accueille aujourd’hui le syndicat d’initiative.

L’hôtel de ville et son beffro

toujours sur la Grand-Place, est entouré de maisons du XVIIIe avec de très beaux châpitaux. Grandiose, il est construit de 1717 à 1721 par Héroguelle. Il rappelle par son architecture le siècle de Louis XIV. Un peu en retrait et construite après la guerre 1914/1918 à la suite d’un incendie. Il est haut de 45 m et abrite un carillon d’où s’égrènent tous les cars d’heure, des airs populaires.

anigif8

La Collégiale Saint Pierre

Fondée par Baudouin le Pieux en 1059, fut trois détruite par des incendies. Reconstruite au XVe, elle domine l’horizon de la ville. La nef centrale est imposante et composée de trois styles différents, témoins des reconstructions successives. Le décor en est d’inspiration italienne dût à Mgr Scott, en 1840. Le buffet d’orgues datant de 1633 a été acheté sous la Révolution à l’ancienne abbaye de Clairmarais. On peut y voir la statue de Notre Dame de la Panetière, Protectrice de la ville.

anigif9

La chapelle Saint Jacques 

Ce sont les jésuites qui vinrent à Aires au XVIII e qui on fondé un collège. Un leg de 1682 y adjoint la chapelle. Un grand vitrail éclaire la façade et est surmonté d’un fronton au sommet duquel  un globe doré porte une croix.



Laisser un commentaire

Lilybagtrip |
Theblogaclo |
Nonnadaddy2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saintpaulapekin
| Staveuropeen
| Bol de riz en vacances!!!!