Un dépaysement .

Que de souvenirs !

Un des premier ;  les repas

Christiane055-horz

Un deuxième ; combat de serpent et de mangouste

Les mangoustes sont de petits animaux belliqueux, hargneux, agressifs, que l’on ne voit jamais en liberté. On les découvre dans les pitt, ces gallodromes où se perpétuent les combats de coqs qui enflamment les antillais, parieurs en diable. Dans un enclos voisin du pitt, la mangouste participe à un combat à mort contre un gros serpent, le trigonocéphale, sorte de crotale local. Il paraît que la mangouste, plus méchante, plus rapide et plus efficace, gagne presque à tous les coups. Mais quelle ambiance ! C’est un spectacle hallucinant. Une danse de mort, de feintes d’esquives et de bonds fulgurants. Même plusieurs fois mordue, la mangouste résiste au venin, paraît il, pourvue qu’elle puisse chaque fois lécher la plaie. Sa salive serait antidote, mais elle succombe si le serpent frappe à un endroit qu’elle ne peut atteindre avec sa langue. En général elle fin it par triompher ;  jusqu’à la fin elle charge tremblante d’excitation, de rage (ou peut être de peur ?) Elle bondit comme une furie jusqu’à ce qu’elle puisse frapper la tête ou le cou du serpent épuisé. Elle le broie en le secouant en tous sens comme pour le désarticuler.

 

Un troisième ; passage chez le dentiste

Christiane048

 On revient de la Martinique avec que de beaux souvenirs, si nombreux ……..tout est souvenir.

 En trois semaines, j’ai un peu mieux compris qui étaient ces français Martiniquais…avec plusieurs versions, celle des coopérants, celle des métropolitains, celle des blancs créoles et celle de deux militant ouvriers et d’un prêtre ouvrier martiniquais.

Le terme coopérant me gène un peu parce que dans l’ensemble il se situent rapidement de l’autre côté de la « barrière ». Coopérants et métropolitains jugent les martiniquais peu capables. Ils entrent plus en contact avec les blancs créoles. (planteurs, commerçants) ceux-là même qui voient les autres martiniquais sous l’angle « négros » puisqu’ils sont descendant d’esclaves, sans oublier les « coulis » venant de l’Inde.

Bien sûr, tout cela est vu et dit un peu rapidement, superficiellement, avec des yeux et des oreilles de vacanciers et métropolitains par surcroît.

Il y a moins de canne à sucre, elle vient de Cuba et d’ailleurs, sans oublier notre betterave sucrière. Beaucoup de distilleries sont en ruines.

La Martinique n’est pas « pauvre » mais depuis des siècles on en a fait des « assistés », des subventions sont en partie détournées ou mal employées. Il faudrait niveler certains terrains pour d’autres cultures. Les martiniquais connaissent le chômage depuis bien des années d’où l’exode vers la métropole.

La prise de conscience de la masse demandera encore beaucoup d’effort. Le parti progressif et les syndicats aussi s’emploient en essayant de partir de tout ce qui est « Martiniquais ». La C.G.T. et la C.F.D.T. sont devenue : C.G.T.M et C.F.D.T.M. Cela est significatif  « être eux-mêmes ».

 feux-artifice-gif-005

VOTE

   Et oui, ici aussi la campagne électorale a été animée.

Nous avons atterri à fort de France le 10 mai 1981

FRANCOIS MITTERAND est ELU

Ici ce n’est pas la joie !

Christiane058



Laisser un commentaire

Lilybagtrip |
Theblogaclo |
Nonnadaddy2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saintpaulapekin
| Staveuropeen
| Bol de riz en vacances!!!!