Au pays des transmissions.

 

  Christiane048

Le site de Pleumeur Bodou choisi en raison de la situation géographique et de la proximité du Centre de Recherches du C.N.E.T. à Lannion abrite depuis 1962 une station de télécommunications par satellite, qui d’abord expérimentale au temps des satellites à défilement (Telstar, Relay) est entré en exploitation commerciale en 1965 avec le satellite géostationnaire « Early-Bird ». Cette exploitation est assurée  depuis le 1er avril 1974 par la Direction des Télécommunications du Réseau International.

 Le site est actuellement équipée de six statons d’exploitation (4destinées au réseau Intelsat, 2 affectées au programme Symphonie) et d’une station de Télécommande, Télémesure et surveillance des satellites du Système Intelsat.

Christiane050c

 

Les antennes du réseau sont exploitées à distance depuis le bâtiment central à l’aide d’un pupitre et d’un ordinateur. L’opérateur peut faire apparaître sur un écran de télévision la situation des équipements ;tous les évènements sont enregistrés par une imprimante. Il y a 120 techniciens pour la station.

 

Christiane051e

 

Pleumeur Bodou  I (1962)  L’antenne cornet haute de 29m, longue de 54m et pesant 240 fonctionne à l’abri d’un radome. Il es repeint toud les deux ans de 3 couches de peintures au pistolet soit 6 tonnes.

 Pleumeur Bodou II (1969) L’antenne est de type Cassegrain. Le réflecteur principal est de 27,5m de diamètre et orientable en élévation et en azimut par une monture « fût » Les structures sont étudiées pour fonctionner sans l’abri d’un radome, en plein vent avec des rafales pouvant atteindre 125km/h.

 Pleumeur Bodou III (1973) L’antenne est de type Cassegrain. Le réflecteur principal de 30m de diamètre est orienté en élévation et en azimut par une monture » carrousel ». L’entraînement est assuré par des moteurs électriques.

 Pleumeur Bodou IV (1976) L’antenne est de type Cassegrain. Le réflecteur principal de 32,50m est orienté en élévation et en azimut par une monture « carrousel ». Un système périscopique à quatre miroirs permet de ramener le cornet d’illumination de la source dans l’embase où sont installés les éléments de réception et d’émission.

En suivant la côte, inexorablement on arrive à Sable d’Or les Pins ultime étape de ce périple en Côtes du Nord.

Christiane052b

Christiane052a

 

 



Laisser un commentaire

Lilybagtrip |
Theblogaclo |
Nonnadaddy2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saintpaulapekin
| Staveuropeen
| Bol de riz en vacances!!!!